Ikamaperu
Accueil du site > Français > éditorial > Ikamaperu, vingt ans après

Ikamaperu, vingt ans après



Edito

L’histoire d’Ikamaperu débutait il y a exactement vingt ans dans le nord-est de l’Amazonie péruvienne. Partout nous étions témoins du grand massacre de la biodiversité dans l’impunité la plus totale. Je découvrais dans les communautés indigènes Awajun de l’Alto Mayo les répercussions dramatiques de l’économie de marché et de la monoculture sur la vie, la culture et l’âme même de ces sociétés de la forêt.

En 1997 avec l’aide des communautés Awajun nous avions alors créé le premier sanctuaire a Tarangue devenu l’unique lieu de réhabilitation en liberté pour les singes laineux et atèles issus du trafic au Pérou. Il fallait toutefois prendre le mal à la source ; la chasse commerciale et le trafic illégal de la faune. C’est dans ce but que nous nous sommes installés au cœur du bassin amazonien à la Media Luna aux portes de la réserve nationale Pacaya Samiria.

Située au milieu des populations de chasseurs et sur la route du trafic fluvial la Media Luna devait devenir le lieu idéal pour la conservation de la vie sauvage avec l’acquisition de la forêt du Shiringal de 60 hectares devenu le centre de réhabilitation des primates.

Education environnementale

Nos efforts se portent sur l’éducation environnementale ou plus précisément sur le rétablissement des liens entre la culture traditionnelle et le respect de la vie sauvage. Jusqu’à maintenant plus de 1500 éleves ont été suivis pendant six ans dans les écoles de Lagunas.

L’équipe se rend dans les communautés indigènes isolées pour des séances de cinéma itinérant et plus récemment avec le théâtre de marionnettes. Un centre d’éducation environnementale, La Casa Kaysuni vient d’être construit et accueille à tour de rôle les 300 enfants du quartier Chichipe le quartier des chasseurs.

Renforcement des populations sauvages

En 2012, 17 primates 9 atèles et 8 singes laineux étaient libérés dans la réserve nationale. Tout au long de ces trois années onze d’entre eux ont été régulièrement identifiés par notre équipe et les garde parc. Un succès rare pour un processus dont tous les spécialistes connaissent la difficulté. Les primates reviennent régulièrement sur le site de libération à l’époque des fruits sauvages et au mois de février dernier ils ont pu être photographiés.

Ethologie

Depuis plusieurs années Ikamaperu reçoit pour de longs séjours biologistes et éthologues français et péruviens qui ont pu accumuler de précieuses études sur les singes laineux. Il s’agit d’une espèce peu étudiée et qui peut être observée ici dans son milieu naturel dans la forêt du Shiringal mais aussi dans la réserve Pacaya Samiria ou se trouvent les populations sauvages et les groupes libérés. Récemment la naissance d’un petit laineux a permis de mieux comprendre la hiérarchie du groupe et ses comportements sociaux.

Ecovolontaires et écosolidaires

Face au fleuve Huallaga la Media Luna accueille étudiants et écosolidaires dans une Amazonie encore préservée. Chaque matin débute avec les soins aux primates tortues et perroquets avec l’équipe péruvienne.

Le nourrissage des primates a lieu en forêt où se feront ensuite toutes les observations du comportement des singes laineux et atèles en réhabilitation encadrées par un(e) éthologue. De petites expéditions en bateau partent le long du fleuve pour l’observation des dauphins de rivière et de l’avifaune ou pour la collecte de graines et plantes rares qui seront ensuite replantées dans la forêt du Shiringal.

Le centre Kaysuni reçoit les enfants de Lagunas où Maria Tapullima guide de la réserve nationale travaille avec eux pour relier sciences du vivant, connaissances indigènes et respect de la nature. Pour les écovolontaires il s’agit d’une expérience authentique dans la dernière grande forêt du monde avec des populations locales particulièrement attachantes.

Perspectives

Les défis restent considérables et les aides aléatoires Ikamaperou a entrepris depuis plusieurs années un grand travail de plantations pour aller vers une plus grande autonomie en ce qui concerne l’alimentation de près de 70 primates et lance un appel pour nous aider a lutter contre le trafic croissant des singes laineux devenu plus lucratif du fait de leur rareté . Actuellement ikamaperu n’ a plus les moyens d accueillir de nouveaux primates.

Dans un contexte où la déforestation et l’impunité du trafic restent omniprésentes on pourrait se sentir profondément découragés. Plusieurs choses nous en empêchent. Tout d’abord le soutien fidèle de ceux qui ont été a nos côtés ces dernières années mais aussi la renaissance de la forêt et de la vie sauvage autour de nous comme résultat de notre programme de reboisement et d enrichissement de la flore.

Il y a surtout le spectacle de la joie de vivre des primates en liberté et leur retour à des comportements naturels, le succès de leur réintroduction en milieu sauvage et enfin la présence a la Media Luna d’une jeunesse locale et internationale passionnée et prête à prendre la relève.

JPEG

Ikamaperu signifie la forêt là-bas... au Pérou, en langue Jivaro.

Le projet de la Media Luna, aux portes de la Reserve Pacaya Samiria est axé sur la conservation des populations sauvages de singes laineux et d’atèles et le partenariat avec les populations locales. Ce site a un centre de réhabilitation en semi-liberté pour les singes laineux et atèles issus du trafic.

Réhabilitation

Près de 75 primates sont accueillis dans leur habitat naturel sur le centre du Shiringal sur 60 hectares de foret .Ils sont l’objet d’une évaluation régulière de leurs compétences de survie pour mesurer leur aptitude á une éventuelle réintroduction.

Conservation des tortues aquatiques et tortues terrestres


Elle se fait en partenariat avec la Réserve Nationale et les communautés indigènes. La collecte des œufs de tortue se fait en juillet afin de les protéger des divers prédateurs. Ils attendront dans les plages artificielles leur libération dans la réserve nationale en Octobre.

Programme de reboisement

Ikamapérou poursuit un travail de plantations des espèces sauvages menacées : cèdres blancs, acajous, fruitiers sauvages et palmiers qui contribuent a la biodiversité végétale et animale des 90 hectares du centre.

Programme de sensibilisation

L’éducation environnementale s’adresse aux enfants du village de Lagunas qu’il soient en primaire ou en secondaire. Le travail avec les enfants du primaire se fait généralement en dehors des heures scolaires dans le centre d’éducation environnementale crée par Ikamapérou appelé la « Casa Camungo » et ce 3 fois par semaine. En tout nous touchons environ 60 enfants par semaine.

En dehors de ces sessions régulières, nous intervenons dans les écoles primaires et secondaires de manière plus ponctuelle sur des thèmes bien précis. Dans ce cadre là nous touchons un public beaucoup plus large. Il y a à Lagunas 7 écoles primaires et 3 écoles secondaires. Ce qui représente e 1700 élèves au niveau primaire et 600 élèves au niveau secondaire.

Hélène Collongues et Carlos Palomino

Portfolio


Plan du site | Espace privé | SPIP | © photos : Cyril Ruoso | soury! webdesign, développement de sites déploiement cms spip wordpress joomla