Accueil > Français > L’évolution favoriserait les plus fainéants

L’évolution favoriserait les plus fainéants



Science et vie

Exit la rapidité et l’agileté. Sur le long terme, l’évolution semble favoriser les animaux les plus paresseux, mous ou lents. Jean de La Fontaine, dans sa fable du lièvre et de la tortue, ne s’y était pas trompé...

Dans la nature, les plus forts, les plus agiles ou les plus futés emportent notre admiration. Pourtant, l’histoire de la vie, ce serait plutôt la loi du plus mou, lent ou fainéant si l’on en croit une récente étude menée sur 299 espèces actuelles ou disparues de mollusques évoluant dans l’Atlantique ouest depuis cinq millions d’années : il se trouve que les espèces au taux métabolique moyen le plus bas affichent une plus faible probabilité d’extinction.

PAR VINCENT NOUYRIGAT


Plan du site | Espace privé | SPIP | © photos : Cyril Ruoso | soury! webdesign, développement de sites déploiement cms spip wordpress joomla