Accueil > Français > Libération d’Ateles belzebuth dans la réserve Pacaya Samiria

Libération d’Ateles belzebuth dans la réserve Pacaya Samiria



Apres les études menées pour Ikamaperu par divers biologistes dans la réserve nationale Pacaya Samiria pour évaluer les possibilités d’une libération d’Ateles belzebuth (un des primates les plus menacés d’Amérique du Sud) il a fallu attendre presque deux ans pour que les divers organismes concernés se mettent d’accord pour autoriser cette libération.

Voilà qui est fait .Un petit groupe d’Ateles belzebuth a été autorisé à retrouver la liberté dans cette immense réserve et à rejoindre ses congénères.
L 0bjectif d’Ikamaperou étant le renforcement des populations sauvages dont la densité reste faible y compris dans les zones protégées puisque l’espèce peine à se remettre de la chasse dont elle a été victime il y a une quinzaine d’années dans ces zones maintenant protégées.

Un long chemin reste à parcourir avec de nombreux tests vétérinaires, ,la construction d’un enclos de prélibération dans la réserve , l’achat de colliers magnétiques ,et bien sur le suivi de la libération sur plusieurs années par primatologues et biologistes chargés d’évaluer les comportements et le succès ou non du groupe composé essentiellement de jeunes femelles en âge de migrer vers d’autres groupes .

Un processus complexe et rarement mis en œuvre au Pérou qui ouvre la voie à de nouvelles connaissances et surtout à un nouvel espoir pour la survie de ces espèces menacées.

L’Etat péruvien est le seul « propriétaire « de la faune sauvage et doit en assumer légalement la responsabilité selon la loi.

Dans une lettre que nous avons signée avec cinq associations de conservation nous dénonçons le manque d’engagement de l’Etat dans l’accompagnement de processus aussi importants et couteux que la plupart des centres n’ont pas les moyens de mettre en œuvre .


Plan du site | Espace privé | SPIP | © photos : Cyril Ruoso | soury! webdesign, développement de sites déploiement cms spip wordpress joomla