Ikamaperu
Accueil du site > Français > Qui lutte véritablement contre le trafic de la faune au Pérou (...)

Qui lutte véritablement contre le trafic de la faune au Pérou ?



Un long travail de sensibilisation a été nécessaire et une sensibilisation parfois même très ferme pour réussir à faire sortir les autorités de leur inertie voire de leur complicité avec les chasseurs et les trafiquants de Lagunas.

Les premiers à répondre avec efficacité : la Marina del Peru qui contrôle le trafic fluvial le long du fleuve Huallaga et qui s’est engagée à nos côtés alors que la lutte contre le trafic de faune n’est pas de sa compétence. La première prise n’a pas tardé et Ikamaperu a du accueillir dans l’urgence 200 perroquets, 2 bébés atèles, un capucin, un kinkajou. Il faudra attendre plus d’un an pour que les ailes coupées des perroquets repoussent et qu’ils puissent être libérés.

Pour tous ces animaux les soins vétérinaires et l’alimentation représente une charge lourde d’autant que face à la diminution drastique des aides reçues Ikamaperu refuse d’accueillir depuis plus d’un an déjà aucun primate supplémentaire dans le centre de réhabilitation qui en compte déjà 70.

Malgré ces difficultés il est de notre devoir de lutter contre un trafic en expansion qui se déroule sous nos yeux. Certains parleront d’une goutte d’eau dans la mer mais oublient l’impact de ces actions sur la population locale et aussi sur la vie de ces animaux. A l’heure actuelle une question se pose Qui lutte véritablement contre le trafic de la faune au Pérou ? Le silence des grandes ONG internationales qui ont pignon sur rue dans les beaux quartiers de Lima est assourdissant.


Plan du site | Espace privé | SPIP | © photos : Cyril Ruoso | soury! webdesign, développement de sites déploiement cms spip wordpress joomla